A savoir
77, rue de la République, 69002 LYON FRANCE. Tel : +33 (0)4.72.41.82.23 Aestetikas - Docteur Van der Stegen









Liens

Plan de site

 

Questions en Chirurgie Esthétique

Toutes les réponses à vos questions : Découvrez les 31 réponses à vos questions sur la Chirugie Esthétique avec une réponse claire par le Chirurgien Esthétique Damien Van Der Stegen

7 Questions et Réponses sur l'augmentation mammaire : Les implants

Les prothèses mammaires permettent-elles un suivi radiologique et échographique des seins ?

Réponse du Docteur : Oui, surtout avec les techniques de mammographie numérisée. Il faut juste informer le radiologue de la présence des implants.

Quand faut-il changer les implants mammaires ?

Réponse du Docteur : Lorsqu’il s’agit de sérum physiologique, on peut attendre la rupture de la paroi de l’implant qui se traduira par une perte de volume au niveau du sein. Les prothèses seront changées à ce moment là.
En ce qui concerne les gels de silicone un suivi radiologique (mammographie numérisée, IRM) est nécessaire au bout d’une dizaine d’années. Lorsque des signes d’usure apparaîtront, le changement sera nécessaire.
o

Les implants mammaires augmentent-ils le risque du cancer du sein ?

Réponse du Docteur : Non. Statistiquement il est démontré que les patientes porteuses d’implants mammaires ont un meilleur suivi radiologique et gynécologique et donc une détection plus précoce des éventuelles lésions cancéreuses du sein. Le pronostic est donc meilleur.

Les prothèses en gel de silicone augmentent-elles les risques de maladie auto-immune ?

Réponse du Docteur : C’est une des suspicions pour lesquels ces implants ont été interdits de 1995 à 2001. De grandes études anglo-saxonnes ont démontrées qu’il n’existait pas plus de pathologies auto-immunes chez les patientes porteuses d’implants avec gel de silicone que chez des femmes n’ayant pas de prothèses mammaires.

Les prothèses avec un gel de silicone actuellement disponibles sont-elles plus sûr qu’auparavant ?

Réponse du Docteur : Les premiers implants gel de silicone datent de 1962. Actuellement les gels sont cohésifs, c’est à dire beaucoup moins liquide ce qui explique que lors de la rupture de la paroi par usure les risques de migrations du gel de silicone dans les glandes mammaires sont faibles. Par ailleurs les parois anti-perspirations des implants de dernières générations limitent la diffusion de molécules de silicone

Quels sont les différents types d’implants mammaires ?

Réponse du Docteur : Actuellement il existe deux sortes de prothèses :
  • Les implants avec gel de silicone où le principal intérêt est la consistance très naturelle.
  • Le sérum physiologique dont le principal intérêt est une inocuité parfaite mais qui donne un sein de consistance peu naturelle. De ce fait, ces implants disparaissent.

Comment choisit-on le volume d’un implant ?

Réponse du Docteur : Le volume d’un implant dépend de plusieurs critères tels les souhaits de la patiente mais aussi la taille et la forme du thorax. Il est clair que pour un volume donné le résultat apparaîtra très différent si la patiente mesure 1.55m ou 1.70m.




10 Questions et Réponses : Interventions et suites opératoires en chirurgie Esthétique

Suite à la pose d’implants, peut-il apparaître des troubles de la sensibilité des seins ?

Réponse du Docteur : Des troubles de la sensibilité à type de fourmillement ou d’insensibilité sont classiques les premiers mois qui suivent l’intervention. Normalement ces troubles rentrent dans l’ordre dans les 6 mois.>

Quelle est la durée de l’intervention ?

Réponse du Docteur : Selon la voie d’abord (aisselles ou aréoles) l’intervention dure entre 45 et 60 mm.

Existe-t-il d’autres moyens d’augmenter une poitrine que l’intervention chirurgicale ?

Réponse du Docteur : Un traitement hormonal peut augmenter modérément le volume de la poitrine (ceci est réalisé en particulier chez les transsexuels). Cependant cette hormonothérapie augmente significativement le risque de cancer.
Les techniques de lipofilling (injection de graisse autogène) sont possibles mais l'influence de la graisse dans le déclenchement ou l'évolution d'un cancer reste à étudier. Enfin, un laboratoire propose depuis peu un acide hyaluronique résorbable à injecter dans le sein. Le manque de recul et la règle qui veut que l'inflammation chronique (résorption) fasse le lit du cancer nous fait déconseiller très vivement cette technique.

Peut-il y avoir un rejet des implants mammaires ?

Réponse du Docteur : Un phénomène de coque ou sein dur correspond à l’exacerbation d’une réaction cicatricielle normale. Celle-ci peut-être majorée par l’existence de petits hématomes dans la loge de l’implant, un défaut minime d'asepsie (staphylocoque épidermies) et une alimentation pro-inflammatoire. Il existe des cas, où malgré toutes les précautions, prises, une coque se développe qui nécessitera une réintervention.

Quelle est la durée de l’hospitalisation ?

Réponse du Docteur : 24 heures.

Pourquoi mettre un drainage (drain de Redon) post opératoire ?

Réponse du Docteur : Statistiquement les petits hématomes augmentent le risque de seins durs. L‘évacuation des petits saignements qui peuvent persister la nuit qui suit l’intervention nous paraît donc indispensable.

Est-ce que les cicatrices sont visibles ?

Réponse du Docteur : Dès que les cicatrices sont blanches c’est à dire 6 à 12 mois après l’intervention, elles deviennent extrêmement discrètes (sauf cicatrisation pathologique).

Une grossesse est-elle envisageable après la pose d’implants mammaires ?

Réponse du Docteur : Oui, tout à fait. Les seins évolueront de la même manière que chez une femme sans implant.

Quel est l’intérêt de positionner les implants mammaires en arrière du muscle grand pectoral ?

Réponse du Docteur : L’intérêt nous paraît double. D’une part, la position rétro musculaire des implants diminue le risque de seins durs. D’autre part, le muscle se comporte un peu comme un soutien-gorge interne et le maintien de la poitrine nous paraît plus stable dans le temps.

Quelles précautions doivent être prise les semaines qui suivent l’intervention ?

Réponse du Docteur : Il faut éviter de lever les bras en l’air durant une quinzaine de jour. Un mois d’inactivité sportive est nécessaire.



14 Questions et Réponses sur la Rhinoplastie

Combien de temps dure l’intervention ?

Réponse du Docteur : Une rhinoplastie peut durer entre 45 mm et 2 heures.

Combien de temps dure l’hospitalisation ?

Réponse du Docteur : Habituellement 24 heures, mais dans certain cas il peut s’agir d’un acte ambulatoire, le patient ne vient que pour le temps de l’intervention.

Combien de temps faut-il pour être présentable ?

Réponse du Docteur : Dans la plupart des cas, le port d’une attèle de contention et l’existence d’ecchymoses péri orbitaires nécessitent un délai de 8 à 15 jours.

Est-ce que les suites de rhinoplastie sont douloureuses ?

Réponse du Docteur : Habituellement les suites ne sont pas douloureuses. Par contre un méchage des narines est gênant puisqu’il est impossible de respirer par le nez.

Combien de temps garde-t-on le plâtre ?

Réponse du Docteur : 8 à 10 jours.

Combien de temps faut-il attendre pour avoir un résultat définitif ?

Réponse du Docteur : L’essentiel du résultat est visible en 2 à 3 mois, mais on constate un affinement et des petites modifications jusqu’à 1 an après l’intervention.

Les retouches sont-elles fréquentes ?

Réponse du Docteur : Il s’agit d’une intervention délicate où les phénomènes de cicatrisations internes peuvent modifier le résultat escompté. Toutes rhinoplasties confondues, il existe 20 à 25 % de retouches. Celles-ci peuvent être effectuées sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale.

Combien de temps faut-il attendre avant une retouche ?

Réponse du Docteur : Il faut attendre entre 6 et 12 mois.

Y-a-t-il des cicatrices visibles ?

Réponse du Docteur : Non. Dans la plupart des cas, les incisions sont à l’intérieur des narines. Parfois des incisions sur la columelle ou dans le pli des narines sont associées mais deviennent rapidement extrêmement discrètes.

La simulation pré-opératoire sur ordinateur, est-elle fiable ?

Réponse du Docteur : Ces simulations permettent surtout au chirurgien de déterminer l’importance de la modification que vous souhaitez, tout en restant dans les limites du raisonnable et du possible. Même s’il ne s’agit en aucun cas d’un « avant – après » ces simulations sont relativement fiables.

Quelles types d’anesthésies sont-elles utilisées pour cette intervention ?

Réponse du Docteur : Selon le geste chirurgical envisagé l’anesthésie peut être locale pure ou générale. Ainsi si les modifications concernent la pointe nasale et une très petite bosse le geste peut être tout à fait effectué sous anesthésie locale. A l’inverse, s’il existe une déviation de cloison, une bosse importante, un nez dévié, l’anesthésie générale est nécessaire.

Quelles précautions prendre après une rhinoplastie ?

Réponse du Docteur : Le nez reste fragile durant plusieurs mois et il faut bien entendu éviter tout traumatisme à ce niveau.

Est-on marqué après l’intervention ?

Réponse du Docteur :Les ecchymoses péri orbitaires sont classiques et nécessitent une protection du soleil jusqu’à disparition complète.

Combien de temps garde-t-on les mèches ?

Réponse du Docteur : Selon le type d’intervention et l’état de la cloison nasale les mèches sont maintenues 24 à 72 heures.


Des questions personnalisées sur la Chirurgie Esthétique ?

Vous avez des questions questions supplémentaires ? N'hésitez pas à nous contacter :
Avec notre formulaire de contact Aestetikas.

Pour revenir à la page Médecine esthétique Cliquez ici